La rentabilité économique, clé de voûte de l’entreprise

  1. Accueil
  2. Actualité
  3. La rentabilité économique, clé de voûte de l’entreprise

Publié le 6 juin 2022

Différente du chiffre d’affaires et du simple calcul des bénéfices, la rentabilité économique est un des indicateurs-clés pour le pilotage d’une entreprise, et son succès. Penchons-nous sur cette mesure de la performance financière et son intérêt stratégique pour le chef d’entreprise.

Connaître la rentabilité économique de son entreprise est un passage obligé pour sa pérennité. Pour résumer, cet indicateur mesure le rapport entre un bénéfice et le capital à investir nécessaire pour atteindre ce résultat. C’est tout simplement la capacité à générer des bénéfices à partir des capitaux investis. La rentabilité économique est un moyen de mesurer la pertinence financière et la performance d’une entreprise, soit pour un pilotage plus précis par les dirigeants, soit pour rassurer les établissements bancaires ou futurs investisseurs.

Si la définition de la rentabilité économique semble simple, en fait, l’indicateur est plus compliqué à appréhender et à calculer.

La rentabilité d’un projet est facile à cerner : c’est la différence entre les capitaux investis et les profits réalisés.

Pour une entreprise, le calcul est plus compliqué car il fait appel à d’autres documents et chiffres comptables. De plus, le calcul donne un chiffre qui doit absolument être comparé, soit à la concurrence, soit à son équivalent des années passées. On estime en France la moyenne de la rentabilité économique à 10 %, mais elle varie suivant les secteurs économiques.

Le calcul du taux de la rentabilité économique

Si on veut avoir une photographie de la rentabilité d’une entreprise, il faut tout d’abord ne tenir compte que de l’activité récurrente dite aussi « normale ». Tout ce qui ne découle pas directement du « travail quotidien » (soit les éléments comptables financiers et exceptionnels, l’endettement : la manière dont est financée l’entreprise) doit être évincé du calcul du taux de la rentabilité économique.

On prendra donc d’un côté le chiffre du résultat d’exploitation après le paiement des impôts et de l’autre celui de l’actif économique c’est-à-dire des capitaux investis.

Rentabilité économique = résultat net d’exploitation / capitaux investis ou actif économique

Rappel : les capitaux investis comprennent les immobilisations brutes ou actif immobilisé ET la valeur du BFRE ou Besoin en Fonds de Roulement d’Exploitation.

On obtient un taux en pourcentage qu’il va falloir analyser, comme dit plus haut, en comparant notamment avec la moyenne du secteur d’activité ou en suivant son évolution depuis la création de l’entreprise.

Élevé, le ratio symbolise la bonne santé économique de l’organisme, le recours à l’endettement notamment ne sera pas envisagé.

Le calcul de ce ratio doit avant tout, et comme toute donnée comptable, être très précis et intégrer les bonnes informations et données financières.

Les notions comptables de la rentabilité économique

Ainsi, d’un côté, nous avons le résultat net d’exploitation. C’est un indicateur détaillant les produits et charges de l’entreprise. Solde intermédiaire de gestion, il se calcule sur un exercice comptable donné au niveau du compte de résultat. Une fois déduit le montant de l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés que verse l’entreprise, nous avons son équivalent net.

De l’autre, côté nous avons :

– les immobilisations brutes ou actif immobilisé. C’est encore un indicateur précieux intégré dans le bilan comptable. Elles prennent en compte les biens de l’entreprise générant son activité. On distingue l’actif immobilisé corporel (les machines, le mobilier, etc.), incorporel (fonds de commerce, frais de R&D, etc.) et financier (ici mis de côté). L’actif immobilisé est important dans les entreprises de fabrication de produits, beaucoup moins dans les sociétés de services.

– le Besoin en fonds de roulement d’exploitation ou BFRE. L’activité de l’entreprise au jour le jour nécessite un apport de capitaux. Contrairement au BFR tout court, il n’inclut que :

– les délais de paiement des clients,

– ceux auxquels est soumise l’entreprise auprès des fournisseurs.

On peut éventuellement y inclure une oscillation du chiffre d’affaires suivant les conjonctures (activité saisonnière, etc.)

Le décalage entre les encaissements (créances clients) et les décaissements (dettes d’exploitation) est relié aux stocks pour connaître le BFRE.

 

Il est primordial de bien connaître toutes ces composantes pour savoir, une fois la rentabilité économique calculée, où et comment agir, quel levier sera le plus efficace pour éventuellement la redresser. Ce sont des notions comptables à la fois simples et compliquées suivant votre niveau de compréhension, votre secteur d’activité, la grandeur de votre entreprise, etc.

Or, tout chef d’entreprise n’est pas forcément un bon comptable ou du moins a assez de charge de travail pour déléguer ce genre de calcul finalement complexe. Pour mieux suivre cet indicateur-clé, pourquoi ne pas faire confiance à des professionnels de l’analyse de rentabilité ? OSEYS fournit depuis longtemps des outils de pilotage performants et s’adaptant à toutes les activités. Vous trouverez à cette page une présentation de cet aspect de notre accompagnement des dirigeants d’entreprise.

Améliorer la rentabilité économique

Le calcul nous donne deux axes pour améliorer la rentabilité : jouer soit sur le levier du résultat d’exploitation, soit sur celui de l’investissement. Dans beaucoup d’entreprises, la marge d’action est souvent étroite dans ces deux domaines, d’où l’importance du calcul et de l’analyse de ce taux de rentabilité.

Augmenter le résultat d’exploitation

Pour améliorer le résultat d’exploitation, il faut augmenter soit les ventes, soit le prix des biens et services, soit diminuer les charges.

Diminuer sur les capitaux investis

Comme nous l’avons vu, ils comprennent les immobilisations brutes et le BFRE.
Diminuer les immobilisations est assez difficile car il faut en même temps maintenir la production et baisser ou utiliser plus efficacement les actifs immobilisés.

Agir sur le besoin en fonds de roulement d’exploitation est possible soit en allongeant les délais des investissements (autrement dit payer les fournisseurs un peu plus tard) soit en raccourcissant l’entrée de capitaux (autrement dit diminuer les délais de paiement des clients et/ou baisser le volume des stocks).

Aller plus loin que le taux de rentabilité économique

La définition même de cet indicateur pose ses limites. Son calcul nous donne une idée du retour à attendre pour chaque euro investi dans l’activité, de son efficacité. Le taux sert aussi de base d’analyse pour connaître la place de la société par rapport à la concurrence.

Pourtant, ce ratio, tout seul, peut cacher certaines données importantes ou fausser l’analyse : excédents de trésorerie, inflation, prépondérance ou faiblesse des actifs corporels, etc. Il n’intègre pas non plus les risques.

Le ratio de rentabilité est donc en même temps un calcul indispensable mais dont l’analyse doit s’inscrire dans une stratégie plus globale. En comptabilité et surtout en finance, plus il y a d’informations disponibles, plus les enjeux sont compris, les stratégies efficaces et le chiffre d’affaires prospère.

On pourra compléter par le taux de rentabilité financière, cher aux investisseurs et aux actionnaires, qui analyse le rendements des fonds propres. La formule est la suivante :

Rentabilité financière = résultat net / capitaux propres.

L’écart entre les deux indicateurs mettra, entre autres, en exergue l’endettement de l’entreprise.

Si de la rentabilité économique est inférieure à son équivalent financier, l’entreprise bénéficie de ce que l’on appelle l’effet de levier. Un endettement peut donc être envisagé pour accroître la capacité d’investissement de la société.

Vous le voyez, la rentabilité économique est, comme toutes les données comptables et les concepts autour de l’économie et de la finance, à la fois simple à comprendre et assez difficile à calculer et à analyser.

Alors, reposez-vous sur les outils précis et personnalisés que nous proposons. De l’intégration de données économiques à l’analyse stratégique, OSEYS conçoit des solutions d’accompagnement du dirigeant uniques et efficaces dans un seul but : faciliter l’augmentation de votre chiffre d’affaires.

 

Lire aussi

Tout savoir sur la pyramide de Maslow ou la hiérarchie des besoins

Tout savoir sur la pyramide de Maslow ou la hiérarchie des besoins

En tant que manager, connaître au plus près les motivationsde son équipe ou les besoins de ses clients pour piloter sonentreprise est une condition sine qua non de la réussite. Lathéorie de Maslow sur la hiérarchie des besoins de l’êtrehumain permet de réfléchir aux...

QUEL EST LE ROLE D’UN TABLEAU DE BORD ?

Suivre au jour le jour la vie de son entreprise n’est pas des plus faciles ; c’est pourtant la condition sine qua non du succès. Le tableau de bord, reprenant les activités et les résultats de l’entreprise, semble donc le meilleur ami de l’entrepreneur. À condition,...

Comment bien choisir le prix de vente de son produit ou service

Comment bien choisir le prix de vente de son produit ou service

Vous allez monter votre entreprise et vous en êtes à l’étude de marché ? Vous allez proposer de nouveaux produits ou services ? La question stratégique incontournable se pose : à quel prix puis-je espérer vendre ma production ? Voici quelques astuces et pistes de...