Flux de trésorerie prévisionnel

  1. Accueil
  2. Actualité
  3. Flux de trésorerie prévisionnel

Publié le 8 mars 2022

Qu’est-ce que le flux de trésorerie prévisionnel ?

« Gouverner c’est prévoir » aurait dit Adolphe Thiers, homme politique du 18e siècle. Cette maxime prend tout son sens dans le monde du business. Ne pas avoir de vision claire des mouvements financiers de son entreprise, c’est aller au-devant de graves soucis.

Pour surveiller l’activité de sa société et surtout anticiper les problèmes, le chef d’entreprise dispose de trois outils indispensables : le bilan prévisionnel, le compte de résultat prévisionnel et la prévision des flux de trésorerie.

Penchons-nous sur le flux de trésorerie prévisionnel, un outil de suivi et d’aide à la décision incontournable.

Flux de trésorerie : anticiper avant tout

Revenons d’abord sur le concept de trésorerie dans une entreprise, car beaucoup de personnes qui se lancent dans l’aventure de la création d’une société la confonde avec le chiffre d’affaires.

La trésorerie est représentée par les liquidités d’une entreprise à un instant T.
Elle est le fruit direct de l’activité, c’est-à-dire la différence entre :

– les encaissements : la vente des produits ou services fabriqués ou mis en œuvre par l’activité de l’entreprise,

– les décaissements : tous les achats, dépenses et coûts pour arriver à produire. Attention, les décaissements incluent non seulement l’achat de matières premières mais aussi les coûts de leur transformation ou le salaire des employés.

Une entreprise peut ainsi vendre beaucoup de produits (donc des encaissements conséquents, donc avoir un bon chiffre d’affaires)… mais une faible trésorerie si les décaissements (les moyens mis en œuvre pour la production) sont plus élevés.

On voit bien ici l’intérêt de surveiller de près les flux de trésorerie : de leur gestion dépendra la vie même de l’entreprise. Si le décideur gère la trésorerie au quotidien, un prévisionnel permet non seulement d’obtenir une vue à long terme de la santé réelle de l’entreprise mais aussi de savoir si l’on peut investir, lancer des nouveaux produits, services, etc.… Ou si on va avoir besoin d’un plan de financement. Dans ce cas, il vaudra mieux rencontrer son banquier lors d’une période faste de votre activité que lorsque vous serez au pied du mur. Cela démontrera aussi votre faculté à prévoir et à piloter votre entreprise avec brio.

Comme dit plus haut, le bilan et le compte de résultat prévisionnels sont aussi indispensables pour obtenir une vraie vision du développement futur de l’entreprise et de sa situation à l’instant « T ».

Tableau de prévision du flux de trésorerie : comment faire ?

Pour avoir une vision complète des décaissements et encaissements, le décideur ou son collègue chargé de la comptabilité construit un tableau de bord de suivi des flux de la trésorerie : il servira de support pour l’analyse prévisionnelle.

Si la vie d’une entreprise était un long fleuve tranquille, il suffirait d’y inclure les entrées et les sorties de fonds du dernier exercice comptable et de faire un copier-coller.

Malheureusement, les liquidités n’ont pas de cycle figé, loin de là.
Surtout lorsque vous devez élaborer un tableau prévisionnel de flux de trésorerie lors d’un business plan, c’est-à-dire sans aucun historique des encaissements/décaissements sur lequel tabler.

Et bien sûr, plus l’entreprise est grande, plus la gestion de ce tableau de bord et les prévisions sont complexes et difficiles.

Le tableau doit aussi prendre en compte les réalités intrinsèques à l’entreprise. Certaines sociétés de ventes de produits par exemple auront l’œil sur les clients et fournisseurs individuels. D’autres se contenteront des comptes des gros clients et fournisseurs.

Car n’oublions pas que les données à utiliser dans le tableau de flux de trésorerie peuvent s’avérer très disparates suivant l’activité.

Cependant, on peut résumer son contenu assez logiquement.

Pour les entrées, le tableau devra intégrer :

– Les encaissements ou recettes (ventilées par poste de flux de trésorerie ou leur classification),

– Le total des encaissements,

– Les décaissements ou paiements (également ventilés par poste de flux de trésorerie),

– Le total des paiements,

– Leur différence au niveau général mais aussi par poste de flux de trésorerie,

– Le solde de clôture de la période.

Il faut donc maintenant aborder les différents postes de flux de trésorerie.

Pour simplifier, nous allons en distinguer trois, sans trop rentrer dans le détail.

L’activité génère des flux de trésorerie opérationnels ou FTA.

L’activité génère des entrées et des sorties de liquidités : ventes, achats, salaires, abonnements téléphoniques, location des locaux, impôts, etc. Suivre ces « opérations » consiste à lister les flux de trésorerie dits… opérationnels.

Il faut non seulement lister tous les encaissements et décaissements, mais surtout identifier scrupuleusement leurs dates. Les délais de paiement, les vôtres et ceux des clients, sont par exemple à bien préciser : la date de la facture et celle de l’arrivée de l’argent sur votre compte bancaire ne sont pas les mêmes.

Dans la majorité des entreprises, ces FTA sont les données qui prennent le plus de place dans le tableau prévisionnel. Néanmoins, il existe d’autres entrées et sorties d’argent.

Les investissements se calculent à part

Vous rénovez votre parc informatique ? Vous achetez une nouvelle machine de production ? Il faut les intégrer dans les cases ayant trait aux FTI : flux de trésorerie d’investissement.

Ceux-ci énumèrent les achats d’actifs à long terme (immobilisations corporelles), les achats de biens, d’équipements, de locaux, et cela peut aller jusqu’à l’achat d’une autre entreprise ou la vente d’une succursale ou d’une partie de la chaîne de production. Enfin, on y trouvera les actions et obligations faisant partie du portefeuille de la société.

Pour certaines entreprises, communiquer sur sa capacité d’investissement est primordial. Notamment pour rassurer banquiers, actionnaires et futurs investisseurs.

Le financement de l’activité ou FTF

Les flux de trésorerie de financement représentent un enjeu stratégique dans les grandes sociétés. Le tableau de flux de trésorerie prévisionnel  énumère les encaissements financiers (un apport en capital, un emprunt bancaire, etc) et les décaissements (la distribution de dividendes aux actionnaires, le remboursement d’un emprunt, etc.)

Évidemment, ce tableau peut intégrer d’autres facteurs stratégiques à prendre en compte ou des informations à ne pas oublier, comme les anciens chiffres d’affaires.

Si vous avez des objectifs nouveaux, des stratégies de développement à établir dans l’année, intégrer à votre tableau le besoin en fonds de roulement ou BFR paraît essentiel. Vous saurez à quel moment vous disposerez de suffisamment de fonds pour lancer une nouvelle opération.

Analyser les résultats du tableau des flux de trésorerie prévisionnel

Votre plan prévisionnel des flux de trésorerie fourmille ainsi d’informations sur l’entreprise et le futur probable de sa trésorerie. Intégrer ces données est délicat, il faut pour cela avoir des connaissances en comptabilité ainsi que toutes les informations comptables passées, grâce aux autres documents officiels : bilan, compte de résultat, etc.… Et bien sûr les anciens tableaux de flux de trésorerie.

Vous pourrez en déduire, en faisant des calculs et soldes entre plusieurs entrées, de nombreuses variables comme le ratio de couverture de la dette, le pourcentage du CA qui couvre l’investissement, le rendement même de l’entreprise.

Notons ici qu’il existe deux façons de créer un tel prévisionnel : de manière directe en se penchant sur les décaissements et encaissements, de manière indirecte (plus délicate à manipuler) en se penchant cette fois sur les variations du bilan.

La plupart des prévisionnels sont découpés en trois échéances : court, moyen et long terme. Pourtant, si une entreprise connaît son calendrier d’investissements, de rachats, d’opérations stratégiques, elle peut « viser » le bon timing, pour attirer et rassurer les investisseurs en démontrant que, lors de la période de pré-achat, la santé financière de la société sera au beau fixe.

 

Finalement, comme pour tous les documents comptables ou autres plans financiers, la création d’un tableau de prévision des flux de trésorerie et son analyse font partie des outils financiers incontournables pour le dirigeant d’entreprise. Y compris lors de la création d’un business plan. On a souligné son importance dans la présentation des décaissements et encaissements pour les investisseurs, les banquiers, les actionnaires. Pourtant, connaître son futur flux de trésorerie sert avant tout au dirigeant à obtenir une vision précise des capacités de l’entreprise à produire du cash pour garantir le futur de son activité et permettre d’aller plus loin grâce à de futurs investissements.

Lire aussi

Tout savoir sur la pyramide de Maslow ou la hiérarchie des besoins

Tout savoir sur la pyramide de Maslow ou la hiérarchie des besoins

En tant que manager, connaître au plus près les motivationsde son équipe ou les besoins de ses clients pour piloter sonentreprise est une condition sine qua non de la réussite. Lathéorie de Maslow sur la hiérarchie des besoins de l’êtrehumain permet de réfléchir aux...

QUEL EST LE ROLE D’UN TABLEAU DE BORD ?

Suivre au jour le jour la vie de son entreprise n’est pas des plus faciles ; c’est pourtant la condition sine qua non du succès. Le tableau de bord, reprenant les activités et les résultats de l’entreprise, semble donc le meilleur ami de l’entrepreneur. À condition,...

Comment bien choisir le prix de vente de son produit ou service

Comment bien choisir le prix de vente de son produit ou service

Vous allez monter votre entreprise et vous en êtes à l’étude de marché ? Vous allez proposer de nouveaux produits ou services ? La question stratégique incontournable se pose : à quel prix puis-je espérer vendre ma production ? Voici quelques astuces et pistes de...